6 Raisons d’Investir dans un Immeuble de Rapport

On appelle immeuble de rapport un immeuble contenant plusieurs logements (appartements, commerces) que vous achetez entier. Quand un investisseur se lance dans l’immobilier, il va souvent vouloir investir dans plusieurs biens d’habitation, par exemple, afin de multiplier ses revenus locatifs. Il va parfois aussi opter pour des investissements dans des SCPI, ou encore des locations saisonnières, des garages et parkings, des commerces etc. On pense plus rarement à investir directement dans un immeuble de rapport. Pourtant, cela représente de nombreux avantages, tant sur le plan de l’investissement que de son rendement et sa gestion. Voici donc 6 bonnes raisons d’investir dans un immeuble de rapport.

1. Une rentabilité plus élevée

Commençons par le point essentiel : la rentabilité. En investissant dans un immeuble de rapport, vous obtiendrez une rentabilité plus élevée, et ce pour plusieurs raisons. Pour commencer, acheter un immeuble de rapport équivaut à acheter un « lot » de logements. Les prix au mètre carré sont moins élevés pour les immeubles de rapport comparé aux autres types de logements. En d’autres termes, si vous achetez un appartement, son prix au mètre carré sera plus élevé que le prix au mètre carré de l’immeuble entier.

Les montants des loyers, quant à eux, ne changeront pas pour autant. Ainsi, acheter plusieurs appartements individuellement pour les louer vous coûtera plus cher et sera moins rentable que d’acheter un immeuble pour louer les appartements qu’il contient. En termes de chiffres, comptez un rendement locatif pouvant atteindre 10% en province, et entre 5 et 7% en Île de France, soit en moyenne 2 à 3 points de plus qu’avec une location d’appartement classique.

2. Pas de copropriété

Si vous achetez un appartement dans un immeuble, vous devrez payer des charges de copropriété, assister aux réunions pour décider des éventuels travaux à effectuer, dépenser de l’argent pour ces travaux sans que vous ne les ayez forcément validés etc. Si vous êtes propriétaire de tout l’immeuble, cet inconvénient disparaît purement et simplement ! Vous serez le seul maître à bord. Vous ne paierez pas de charges de copropriété puisqu’il n’y en aura pas. Vous serez propriétaire de l’immeuble ET de tous les logements qu’il contient.

S’il y a des travaux à effectuer, il vous incombera de les financer, certes, mais c’est vous et vous seul qui déciderez de quels travaux effectuer, à quel date, et avec quelle entreprise. Cela facilitera grandement la gestion de votre bien immobilier. N’oubliez pas cependant que tôt ou tard, il y aura des travaux à faire, pour entretenir ou rénover votre bien. C’est tout de même un élément à prendre en compte dans votre investissement. Cependant, c’est également le cas si vous achetez des appartements, le pouvoir total de décision en moins !

3. Diminuer les préjudices liés aux impayés

Lorsqu’on loue un bien immobilier, on peut parfois se heurter à des problèmes de loyers impayés. Le gros avantage de l’immeuble de rapport est que ce risque est dilué. En effet, comme vous louez plusieurs appartements, il serait exceptionnel que tous vos locataires se donnent le mot pour ne pas payer leur loyer en même temps. Par ailleurs, avec les taux d’intérêts actuels peu élevés et un plan de financement bien ficelé, en principe, vous n’aurez besoin que d’une partie de ces loyers pour couvrir vos mensualités.

Ainsi, même avec un ou plusieurs impayés, le préjudice sera réduit et vous ne vous retrouverez pas vous-même en difficulté. Ce n’est pas forcément le cas lorsque vous achetez plusieurs appartements individuellement, parce que vous devrez couvrir plusieurs crédits, qu’il n’est pas toujours possible de regrouper, et parce que la rentabilité sera trop faible. Cela vous laisse une marge de manœuvre plus importante, et vous permet ensuite d’aborder plus sereinement d’éventuels litiges de recouvrement s’ils se présentent.

4. Gagner du temps

Opter pour un immeuble de rapport plutôt que pour plusieurs appartements ou logements individuellement vous permettra également de gagner beaucoup de temps. Entre la recherche du bien, l’établissement du plan de financement et toutes les démarches administratives qui en découlent, faire un investissement immobilier prend énormément de temps, plusieurs mois dans tous les cas. C’est un processus long et fastidieux qu’il faut répéter plusieurs fois quand on investit de manière « classique » dans des logements individuellement.

En investissant dans plusieurs logements en un, vous n’aurez à faire ces démarches qu’une seule fois, ce qui vous permettra de vous constituer un patrimoine immobilier important en une seule opération. La gestion locative, en revanche, peut être très chronophage. Cependant, elle le sera moins que la gestion de plusieurs biens situés à plusieurs adresses différentes. Ici, tous les logements que vous louez sont au même endroit. Cela n’a l’air de rien, mais cette situation géographique unique facilite grandement la gestion locative, qui sera plus rapide et donc plus efficace. Cependant, sachez que la plupart des investisseurs qui possèdent un immeuble de rapport confient leur gestion locative à une agence immobilière. C’est également un « luxe » qu’ils peuvent se permettre de payer grâce à la rentabilité plus élevée de ce type d’investissement.

5. Vous économisez de l’argent

Sans tenir compte du prix d’achat moins élevé et des charges de copropriété inexistantes déjà évoqués, investir dans un immeuble de rapport vous permettra d’économiser de l’argent dans plusieurs autres domaines. Les assureurs, par exemple, font fréquemment des réductions importantes de leurs tarifs si vous assurez chez eux plusieurs biens situés à la même adresse. Pour assurer un immeuble entier, vous bénéficierez donc de tarifs beaucoup plus avantageux qu’en assurant, par exemple, plusieurs appartements situés à des adresses différentes.

Les frais de notaires seront, eux aussi, beaucoup moins élevés pour l’achat d’un immeuble de rapport comparé à l’achat de plusieurs logements différents. Voici un exemple obtenu grâce à une simulation effectuée sur le site web de la Chambre des Notaires de Paris : Si vous achetez un immeuble de 500 000€ à Paris, contenant 5 appartements, les frais de notaire s’élèveront à environ 38 700€. Si vous achetez, toujours à Paris, un appartement à 100 000€, les frais de notaire seront d’environ 9 400€, ou 47 000€ si vous en achetez 5. Ce n’est bien sûr qu’un exemple fictif, mais dans cet exemple, en achetant un immeuble de rapport contenant 5 appartements au lieu d’acheter 5 appartements différents, vous économisez 8 300€ sur les frais de notaire.

6. Vous pouvez revendre les logements individuellement

Sachez que si vous voulez revendre votre immeuble de rapport, vous n’êtes pas obligé de le revendre en une fois. Mieux encore, revendre les logements individuellement vous permettra d’avoir un prix de vente au mètre carré plus élevé, et donc de réaliser des plus-values plus importantes. On appelle cela de la vente à la découpe. Ce type de vente vous permettra aussi de vendre alors que vos locataires habitent encore dans le logement, donc sans avoir à attendre la fin de leur bail.

Ces derniers auront par ailleurs un droit de préemption sur le bien. En d’autres termes, ils seront prioritaires s’ils souhaitent acquérir le bien qu’ils sont en train de vous louer. S’ils ne veulent pas ou ne peuvent pas acheter, le logement pourra intéresser un autre investisseur, qui sera ravi d’acheter un bien pour lequel il n’aura pas besoin de chercher de nouveaux locataires. En bref, la vente à la découpe de présente presque que des avantages.

Le seul inconvénient pourra résider dans le fait qu’en cas de vente à la découpe, il vous faudra créer un syndic de copropriété, et dans certains cas, faire appel à un géomètre pour diviser les lots avec précision, ce qui peut entraîner des frais. Cependant, comparés à la rentabilité de votre immeuble de rapport et à la plus-value qu’il vous sera possible de réaliser, ces démarches et ces frais relèvent simplement de la formalité administrative, au même titre que les diagnostics techniques à effectuer avant la vente, par exemple (ce qui est aussi le cas pour la vente d’une maison classique).

Conclusion

Investir dans un immeuble de rapport implique de pouvoir effectuer un investissement important. Le prix au mètre carré d’un tel immeuble est certes moins élevé que celui d’un appartement ou d’une maison, mais le prix d’achat total, étant donné la surface d’un tel immeuble même petit, constituera une somme importante. Ce type d’investissement ne conviendra donc pas à tout le monde, malheureusement.

Cependant, si vous avez une capacité d’emprunt et/ou des finances suffisantes, alors il sera beaucoup plus avantageux pour vous de choisir d’investir dans un immeuble de rapport plutôt que dans tout autre type d’investissement immobilier (SCPI, maisons, appartements, et même immobilier d’entreprise). Les immeubles de rapport sont ceux qui permettent d’avoir les rendements les plus élevés, du fait de l’écart entre le prix d’achat et les loyers d’une part, et du fait des économies financières qu’il permet d’obtenir d’autre part. Ils permettent à un investisseur de se constituer rapidement et efficacement un patrimoine immobilier solide, rentable sur le long terme, et peu risqué comparé aux autres solutions d’investissement immobilier.

7 Pistes Pour Faire un Bon Investissement Immobilier

L’investissement immobilier est de plus en plus plébiscité, et de plus en plus d’épargnants et/ou d’investisseurs s’y intéressent désormais de très près. Ce type d’investissement présente en effet de nombreux avantages : des revenus locatifs réguliers ou de bonnes plus-values lors d’un achat/revente, un investissement parmi les plus surs, performant sur le long terme etc. De plus, actuellement, les taux des crédits immobiliers sont particulièrement favorables aux acheteurs.

Alors que l’épargne classique continue de dégringoler et que les autres types d’investissement (bourse etc.) paraissent de plus en plus risqués, l’immobilier rassure et attire toujours autant les investisseurs. Oui mais voilà, comment faire un bon investissement immobilier ? Tout investissement reste risqué, et tous les biens ne se valent pas en termes de performances et de rendement. Comment faire le bon choix ? Comment investir son argent intelligemment dans la pierre ? Voici 7 pistes pour vous aider à y parvenir.

Piste n°1 : Le plan de financement

En principe, on recherche d’abord un bien qui nous intéresse avant d’aller voir un banquier ou un courtier pour établir le plan de financement. Cependant, lorsqu’il s’agit d’investir dans l’immobilier pour du locatif ou de l’achat/revente, mieux vaut prendre les devants. Sans établir un plan de financement précis et ciblé (puisque vous n’avez pas encore choisi votre bien), il est plus prudent de commencer par aller voir votre banquier ou un courtier en immobilier afin qu’il puisse vous donner diverses informations très importantes, comme le budget qu’une banque pourra vous accorder, le montant maximum des mensualités, les taux d’intérêts pratiqués actuellement etc.

Cela vous permettra de cibler vos recherches et de n’être ni trop timide, ni trop ambitieux dans votre futur choix d’investissement. Lors de ce premier entretien, l’expert financier que vous aurez choisi pourra vous orienter sur les types de biens auxquels vous pouvez prétendre (maison, appartement, immeuble etc.), en fonction de votre capacité d’emprunt, de vos finances, de la durée souhaitée pour un crédit immobilier etc.

Piste n°2 : L’emplacement du bien

L’emplacement de votre futur investissement immobilier est évidemment primordial. C’est en grande partie de l’emplacement que dépendra le rendement de votre investissement. Le mieux reste d’investir dans une zone géographique proche de votre lieu d’habitation. D’une part, parce que vous connaissez personnellement cette région et son marché immobilier, même sans être un expert du métier. D’autre part, si vous envisagez de faire un investissement locatif, la gestion de votre bien sera grandement facilitée si ce dernier se situe proche de votre domicile (même si vous confiez la gestion à une agence immobilière).

Sans surprise, les grandes villes comme par exemple Paris, Marseille ou encore Toulouse, représentent les meilleurs choix pour faire de l’investissement immobilier. Le marché de l’immobilier y est plus dynamique, et vous pouvez cibler plus de personnes pour de l’immobilier locatif (étudiants, touristes, etc.). Cependant, les communes plus rurales ne sont pas en reste, d’autant plus que depuis quelques années, la grande maison de campagne a regagné ses lettres de noblesse. Vous devrez donc trouver la ville qui fasse le juste équilibre entre la rentabilité et votre bonne connaissance du marché immobilier.

Piste n°3 : Ciblez vos locataires

Si vous envisagez un investissement immobilier locatif, cibler dès le départ le type de locataire que vous souhaitez accueillir peut être déterminant pour faire un bon investissement. En effet, la gestion de votre bien ne sera pas du tout la même selon que vous louiez à des étudiants, des touristes, des familles à l’année, des colocataires etc. Chaque type de locataire présente ses avantages et ses inconvénients.

La location touristique est saisonnière mais les loyers sont plus élevés, tandis que la location à des familles à l’année est plus stable mais avec des revenus locatifs plus faibles. En ce qui concerne les étudiants (colocataires ou non), la location dépendra des dates de leur année scolaire (généralement de septembre à juin). Ainsi, certains investisseurs louent leur bien à des étudiants durant l’année scolaire, puis à des touristes durant les mois d’été.

Une fois votre cible sélectionnée, et votre budget à peu près établi, vous devrez choisir votre bien aussi en fonction de votre cible. La grande maison de campagne, par exemple, ne conviendra pas à des étudiants, même en colocation, car ils doivent rester à proximité de leur lieu d’étude. Si vous voulez cibler les touristes, assurez-vous aussi que la ville que vous choisissez dispose d’une activité touristique dynamique et florissante.

Piste n°4 : La fiscalité

La fiscalité est l’un des autres éléments cruciaux qu’il vous faudra étudier avec soin. Il serait dommage de ne pas profiter d’un dispositif auquel vous auriez droit. En fonction de votre situation personnelle, du type de bien que vous achetez, de sa situation géographique etc., il se peut que vous puissiez bénéficier d’un ou plusieurs avantages fiscaux. Dispositif Cosse, loi Pinel/Duflot, avantages fiscaux pour les loueurs de meublés non professionnels etc., les avantages mis en place par le gouvernement pour favoriser et encourager l’investissement immobilier sont nombreux.

Certaines dispositions vous permettent aussi de réduire vos impôts lorsque vous faites de l’investissement locatif. Vous pouvez, par exemple, déduire certaines charges des loyers que vous déclarez, comme par exemple quand vous faites des travaux dans votre logement, ou encore la déduction des intérêts de votre emprunt. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à faire appel à un conseiller en patrimoine, ou à vous renseigner directement auprès du service des impôts.

Piste n°5 : Prix du bien et choix du vendeur

Sans surprise, le prix du bien que vous convoitez à toute son importance, surtout si vous achetez auprès d’un vendeur particulier. N’hésitez pas à contacter des agences immobilières pour vous renseigner sur les prix du marché. Même si vous n’avez pas l’intention d’investir avec une agence, elle est aussi là pour vous renseigner. Bien connaître les prix du marché permet d’éviter notamment les vendeurs particuliers trop gourmands (ou peu au fait des prix de l’immobilier).

La deuxième étape sera le choix du vendeur. Car oui, on ne choisit pas seulement un bien immobilier, on choisit aussi en quelque sorte le vendeur, autrement dit la personne avec laquelle on va devoir négocier le bien. Faire appel à une agence immobilière vous coûtera plus cher (frais d’agence), mais vous assurera des prix en adéquation avec le marché. La négociation sera en revanche plus serrée, avec en face de vous un expert face à qui il faudra savoir argumenter. Côté particuliers, les meilleurs vendeurs, pour vous, sont les vendeurs pressés et/ou ceux dont le bien est en vente depuis longtemps. Ces derniers seront plus ouverts à la négociation et plus enclins à faire un effort sur le prix de vente.

Piste n°6 : Prenez votre temps pour les recherches

Ne vous précipitez surtout pas lorsque vous commencerez à rechercher votre bien immobilier. Autrement dit, ne vous « jetez » pas sur le premier bien qui vous semble en bon état et à un bon prix. Prenez votre temps pour sélectionner les biens que vous souhaitez vraiment visiter, puis prenez votre temps pour les visites. N’hésitez pas à visiter plusieurs fois les biens qui vous intéressent le plus.

Ces visites vous permettront notamment de noter tous les défauts du bien immobilier, car à moins d’une construction flambante neuve et haut de gamme, ils en ont tous ! Installation électrique, état de la toiture, isolation, état des murs et des sols etc., vous devrez prendre le temps de tout examiner de près. Tout défaut entraînant des travaux, même de décoration (si les murs sont en mauvais état par exemple), sera un argument supplémentaire pour faire baisser le prix de vente. En prenant le temps de rechercher le bien idéal et en le visitant au minimum deux fois, vous mettrez toutes les chances de votre côté.

Piste n°7 : N’écoutez pas (trop) votre instinct

On ne parle pas ici d’acheter votre résidence principale, mais d’effectuer un investissement immobilier qui devra être rentable sur le long terme. Ainsi, s’il faut parfois savoir écouter son instinct, ne précipitez pas non plus les choses parce que vous avez eu un coup de cœur. Le coup de cœur ne vous dispensera pas d’être minutieux dans vos visites et de bien préparer votre négociation. Si d’aventure la négociation n’aboutissait pas à un accord convenable, ou que le bien présente des défauts trop importants entraînant des travaux trop coûteux, vous devrez alors être capable de mettre de côté vos émotions et d’y renoncer.

En réalité, faire un bon investissement immobilier est un juste équilibre qu’il faut trouver entre écouter son instinct ou son intuition, et faire preuve de rigueur dans vos démarches et dans votre choix final. Encore une fois, il ne s’agit pas ici d’un bien dans lequel vous devez vous sentir bien, mais d’un bien qui sera susceptible de vous rapporter de l’argent. Pour un investissement locatif, essayez de vous mettre à la place de vos locateurs cible (studio moderne pour un étudiant, maison ancienne pour une famille, par exemple, etc.).

Conclusion

Pour faire un bon investissement immobilier, il y a évidemment plusieurs critères très importants à prendre en compte simultanément. Cependant, rassurez-vous, c’est beaucoup moins compliqué qu’il n’y paraît. Une fois dans le « tourbillon » des démarches de recherche, vous deviendrez vite un expert en la matière.

Comment Investir 5000 Euros Sans Risques 

À l’échelle de l’investissement, 5000 euros est une somme considérée comme « petite ». Ce n’est pas une raison pour ne pas la faire fructifier, bien au contraire ! Quand on veut investir une somme petite, ou disons plutôt modérée, l’idée est de pouvoir l’investir en prenant le moins de risques possible. Les investissements à risques sont en effet plutôt réservés aux gros capitaux, qui pourront mieux supporter une perte importante et/ou rapide et rebondir. Alors comment peut-on investir 5000 euros sans risques ?

Plusieurs solutions s’offrent à vous. Le seul inconvénient est qu’en matière d’investissement, moins vous prenez de risque, moins votre investissement vous rapporte d’argent. Néanmoins, si vous êtes patient et avec quelques astuces, il est tout à fait possible de faire fructifier ce petit capital pour le transformer en grand capital. Voici quelques solutions pour y parvenir, et quelques règles à suivre pour protéger votre investissement et vos finances.

Conservez une épargne disponible

Quand on veut faire un investissement quel qu’il soit, les risques qui y sont liés ne résident pas uniquement dans l’investissement en lui-même. Il vous faut également veiller à ce que cet argent, qui sera « bloqué » dans votre investissement, ne porte pas préjudice à vos finances. En d’autres termes, il faut que vous n’ayez pas besoin de cet argent à court ou moyen terme. Ainsi, avant de songer à investir 5000 euros, veillez à d’abord vous constituer, ou conserver si vous l’avez déjà, une épargne de précaution pour parer aux imprévus de la vie courante. Votre voiture peut tomber en panne, même si elle est récente.

Votre machine à laver peut vous lâcher, tout comme votre ordinateur dont vous avez peut-être besoin pour travailler. Idem dans le domaine de la santé et les accidents de la vie, qui ne sont pas toujours pris en charge à 100%. Être prévoyant nécessite de penser au pire, ce qui n’est ni agréable ni facile. Cependant, en prenant soin de conserver une certaine somme d’épargne disponible immédiatement en cas de besoin, vous pourrez investir le reste de votre argent avec sérénité.

De plus, avoir une épargne de précaution disponible ne signifie pas la conserver sur son compte courant ! Au contraire, il faut la placer sur un livret duquel vous pourrez faire un virement immédiatement en cas de besoin. Livret A, LDD, superlivrets etc., vous avez l’embarras du choix. Leurs taux d’intérêts sont extrêmement faibles, mais votre épargne de précaution vous rapportera tout de même quelques euros à la fin de l’année.

Les fonds en euros

Rentrons à présent dans le vif du sujet. Parmi les produits d’investissement les plus sûrs ayant un rendement convenable, on trouve les fonds en euros. Souvent intégrés dans des assurances vie, les fonds en euros restent les produits financiers préférés des Français, qu’ils aient des hauts ou des bas. Ce sont des produits dits « à capital garanti », ce qui signifie que vous ne risquez pas de perdre vos 5000 euros investis, même si le rendement du fond faiblit. Le seul risque serait que votre assureur fasse faillite. Le risque zéro n’existe pas, mais c’est un risque qui reste tout de même extrêmement faible, surtout si vous choisissez un assureur qui a pignon sur rue depuis de nombreuses années.

Au sein des offres de fonds en euros, on distingue aussi les contrats multisupports et monosupports. Dans un contrat multisupport, vos fonds sont répartis sur plusieurs investissements différents au sein du fond. Cette diversification permet de réduire les risques de mauvaises performances. Mieux vaut donc privilégier ce type de contrat. Obligations, investissements dans des PME, immobilier etc., la composition d’un fond en euros peut-être très variable. Pour bien choisir dans quel fond investir, n’hésitez pas d’une part à en comparer plusieurs en regardant leurs performances passées, et d’autre part à demander conseil à votre assureur ou votre conseiller financier. Ces experts suivent en permanence l’évolution des fonds qu’ils proposent. Vous pouvez aussi consulter plusieurs assurances et banques différentes, pour multiplier vos possibilités et disposer de plusieurs avis qui vous permettront ensuite de prendre la meilleure décision.

L’immobilier, oui, c’est possible !

Avec 5000 euros à investir, l’idée d’investir dans l’immobilier ne vous a sans doute même pas effleuré. Pourtant, il est tout à fait possible d’utiliser ce secteur d’activité pour faire fructifier une petite somme d’argent. Comme nous l’avons vu précédemment, certains fonds en euros contiennent des investissements immobiliers, mais ce n’est pas le seul moyen d’utiliser l’immobilier pour investir votre argent. Pour investir dans l’immobilier, sachez que vous n’avez pas nécessairement besoin d’acheter un immeuble entier, ou une maison, ou même un appartement. Vous pouvez acheter un « morceau » d’immeuble, ou de maison, ou d’appartement ! Comment ? En investissant votre argent dans une SCPI.

La SCPI, ou Société Civile de Placement Immobilier, vous permet d’avoir tous les avantages d’un investissement locatif classique sans en avoir les inconvénients. Il est possible d’investir dans une SCPI à partir de quelques centaines d’euros seulement. La SCPI investit à son tour dans des biens immobiliers, majoritairement de l’immobilier d’entreprise (aux loyers notamment très élevés). Vous percevez ensuite des dividendes en fonction du nombre de titres que vous possédez, autrement dit, proportionnellement à la somme que vous aurez investi.

Autre possibilité pour investir peu d’argent dans de l’immobilier locatif, acheter une place de parking ou un garage. Avec 5000 euros, vous devrez sans doute opter pour la place de parking, dont les prix d’achats sont moins élevés que pour un garage « en dur ». Les prix sont très variables d’une ville à l’autre ; vous pouvez trouver aussi des places de parking à moins de 5000 euros. Ensuite, le but est de louer cette place de parking. Le montant du loyer sera faible, bien sûr. Cependant, vous pourrez aussi, si l’opportunité se présente, cumuler ces petits loyers avec, à terme, une plus-value lors de la revente de votre place de parking.

Si elle est bien située, vous êtes quasiment assuré de pouvoir la louer toute l’année. Certains investisseurs se constituent des revenus passifs de cette façon, en cumulant la location de places de parking et de garages. Enfin, vous n’avez pas à subir certains inconvénients propres aux logements habitables, tels que les états des lieux par exemple.

Le plan épargne entreprise

Si vous êtes salarié d’une entreprise qui propose des plans d’épargnes entreprise à ses employés, alors vous auriez tort de ne pas en profiter. En plus de pouvoir y faire un versement volontaire, vous pouvez aussi, ensuite, y placer vos primes d’intéressement ou de participation aux bénéfices. Votre employeur peut, lui aussi, effectuer un abondement. Quand vous placez votre argent dans un PEE, vous l’investissez notamment dans les titres de l’entreprise ou dans des fonds communs de placement d’entreprise (FCPE). Pour cela, il faut directement vous renseigner auprès de votre employeur, afin notamment de connaître les performances du PEE.

Autre option souvent disponible en plus du PEE, la possibilité d’investir son argent dans un plan épargne retraite entreprise. La performance de ces plans d’épargne ne dépend pas seulement de la taille de l’entreprise, même si les grands groupes ont tendance à réaliser de meilleures performances. Cela va aussi dépendre de la bonne santé financière de votre employeur. Ainsi, s’il ne faut pas non plus foncer tête baissée vers cette solution d’investissement, il serait dommage de passer à côté d’une épargne performante et présentant un risque extrêmement faible.

Les parts sociales des banques mutualistes

Lorsque vous ouvrez un compte dans une banque mutualiste (Crédit Mutuel, Crédit Agricole etc.), cela s’accompagne de l’achat d’une part sociale, pour laquelle on vous ouvrira le plus souvent un PEA. Ces titres sont non cotés en bourse et vous permettent de percevoir un dividende annuel. Vous devenez alors sociétaire de la banque et pouvez assister à son assemblée générale annuelle. C’est notamment lors de cette assemblée générale qu’est fixé le dividende des parts, en fonction des résultats réalisés par la banque l’année précédente.

La plupart des clients de ces banques voient cette étape comme une formalité. Ils achètent LA part sociale « obligatoire » pour ouvrir leur compte, sans envisager qu’il peut être très intéressant d’y investir plus d’argent. Le seul risque de cet investissement serait une faillite de votre banque, autrement dit, un risque quasiment nul. Renseignez-vous auprès de votre banque pour connaître le rendement de ses parts sociales, vous pourriez être agréablement surpris !

Conclusion

Ce n’est pas parce qu’on ne dispose que d’une « petite » épargne de 5000 euros qu’il faut la laisser dormir sur un compte épargne au taux d’intérêt proche de 0. Au contraire, il faut les faire fructifier le plus possible pour pouvoir ensuite, pourquoi pas, envisager des investissements plus importants. Comme vous avez pu le constater, il existe de nombreuses alternatives pour placer et investir votre argent en toute sécurité, tout en obtenant des performances tout à fait convenables, et ce parfois avec seulement quelques centaines d’euros d’investissement. Avec vos 5000 euros, vous avez ainsi accès à l’immobilier, à la bourse, à l’épargne d’entreprise etc., au même titre que les « gros » investisseurs, alors n’hésitez plus, et faites de votre petit capital un grand patrimoine en toute sécurité !